C’est un projet un peu fou, dans lequel se sont lancés les membres de l’association Flotescale cet été : fabriquer un train de bois et le mener jusqu’à Paris, comme le faisaient leurs illustres ancêtres les flotteurs.

Rappeler le Morvan des flotteurs  

L’objectif est double. Premièrement, il s’agit de rappeler la mémoire des flotteurs, qui ont marqué au fer rouge la mémoire collective. Ensuite, il est question de mettre en valeur le Nivernais Morvan : Clamecy (capitale du flottage), le Morvan (d’où venait le bois), et le Canal du Nivernais (sur lequel le bois était acheminé).  Créée en 2011, l’association Flotescale n’en est pas à son coup d’essai. Déjà en 2013, un train de bois était mené de Corbigny à Auxerre. Le public répond présent en nombre. “On s’est dit qu’il fallait continuer” confie son président M. Durand, intarissable dès qu’il s’agit d’aborder sa passion du flottage.   

Le grand flot 

Les premiers travaux du projet “2015, un train de bois pour Paris” commencent en septembre 2014. “On est à 10 cm au-dessus du niveau de l’eau sans aucune protection, à croiser des péniches beaucoup plus grosses sur des flots où il y a beaucoup de passage”. Autant dire qu’il a fallu être aussi persuasif que persévérant pour obtenir les autorisations.

Le train de bois est fabriqué entre janvier et mai 2015. Il quitte Clamecy le 7 juin.

Premier grand moment, le passage du pertuis à Clamecy. Le train touchera les berges de Paris, à Bercy, le 27 juin. Une exposition sur le flottage se déroulera durant les huit jours suivants, pour terminer par une mémorable traversée de Paris.

Un enseignement à cette aventure ? L’humilité. “Nous sommes très admiratifs de ce qu’ils étaient capables de faire.” avoue un M. Durand des étoiles plein les yeux.

Et ensuite ?

Les 15 villes étapes ont été un succès, mêlant histoire, territoire, tourisme et festivités. Flotescale n’entend pas en rester là.

“On a pour projet de proposer que ce train de bois devienne l’ambassadeur d’un site qui soit dédié au flottage en permanence. Où on reconstituerait un atelier de construction de train de bois comme cela existait au XIXème siècle.” On a hâte de voir ça !

Le flottage du bois, c’est quoi ?

Si vous parlez du flottage à un Clamecycois, il y a de fortes chances pour qu’il vous raconte cette étonnante partie de l’histoire de sa ville. Pour les autres, Nivernais ou non, c’est beaucoup plus obscur…

Pendant près de 400 ans, jusqu’au XIXème siècle, les flotteurs ont contribué à chauffer la capitale, le bois étant alors leur seul combustible connu. 80% de ce bois venait du Nivernais Morvan, ce qui représentait jusqu’à 1 million de stères de bois par an pour chauffer Paris !

Le bois était alors coupé en hiver et martelé de la marque de son propriétaire, puis mis à l’eau pour être naturellement acheminé à Clamecy. C’est le “petit flot”.

Le bois était ensuite tiré de l’eau, trié puis transformé en trains de bois qui partaient pour la capitale. C’est le “grand flot”. Les hommes redescendaient ensuite à pied pour rentrer chez eux.