Quand la neige danse

de Sonja Delzongle Editions Denoël

A Koikispass, la nouvelle marotte c’est d’autopsier les livres pour savoir ce qu’ils cachent sous leurs couvertures. Ce mois-ci, on a passé Quand la neige danse de la Dijonnaise Sonja Delzongle au scalpel et on y a trouvé…

1/3 de… pédiophobie

Derrière ce vocable se cache la peur des poupées. Parce que celle mises en scène dans ce polar pervers vous font vraiment froid dans le dos : sosies parfaits de quatre petites filles enlevées, habillées comme les victimes le jour
de leur disparition, elles sont expédiées à leurs parents effondrés alors que l’enquête piétine.

1/3 de… Stella Duffy

Comme cette auteure anglaise de romans policier l’avait fait avec son héroïne Saz Martin, Sonja Delzongle campe en Hanah Baxter, son personnage de profileuse, une enquêtrice hors norme, au lourd passé, et dont l’homosexualité revendiquée apporte quelques notes de douceur.

1/3 de… hypothermie 

Dans son précédent roman « Dust », Sonja Delzongle mettait en scène Hanah en Afrique, au coeur d’un trafic d’organes d’humains albinos. Ici, Hanah est transporté au nord de Chicago dans le petite ville de Crystal Lake où les températures sont glaciales et les loups dévorent les petites victimes lorsqu’elles ont la malchance d’être prises littéralement au piège… Glaçant !