A vrai dire collectif – Prémices d’une révolution, samedi 23 mars 219, à 20h30, Théâtre des Forges royales, à Guérigny.

« Un homme à la mer !
Qu’importe ! Le navire ne s’arrêtera pas. (…) Il est dans l’eau monstrueuse… L’océan lâche s’acharne à le noyer, l’énormité joue avec son agonie. Il semble que toute cette eau soit de la haine. (…) Ô marche implacable des sociétés humaines ! Pertes d’hommes et d’âmes chemin faisant ! Océan où tombe tout ce que laisse tomber la loi ! Disparition sinistre du secours ! Ô mort morale ! La mer, c’est l’inexorable nuit sociale où la pénalité jette ses damnés. La mer, c’est l’immense misère. L’âme, à vau-l’eau dans ce gouffre, peut devenir un cadavre. Qui la ressuscitera ? »
Les Misérables – Victor Hugo. Après un temps de recherche et d’écriture autour des Misérables de Victor Hugo, réquisitoire pour l’émancipation sociale, où la question du travail, du chômage, de la misère, et de la place de l’homme dans la société tout simplement, sont des questions centrales ; il nous a semblé nécessaire de créer aujourd’hui notre propre fable liée aux thématiques: travail, emploi, chômage, révolution.
Cette nouvelle création d’A Vrai Dire collectif s’intitule Prémices d’une Révolution.