Artemisia, jeudi 3 octobre 2019, à 20h, La Maison, à Nevers.

Des chorégraphies pour poser un point de vue féminin sur le monde…

La nouvelle création de Serge Ambert, à la distribution entièrement féminine, rend hommage aux femmes, célèbres ou anonymes, qui se sont imposées dans un univers dominé par le masculin. Cette pièce chorégraphiée est le second volet d’un cycle qui en comprendra quatre et qui interroge les sociétés dans lesquelles nous vivons. Il suit Les Blessures volontaires, pièce pour cinq interprètes masculins créée en 2012.

Artemisia évoque une société matrilinéaire ou matriarcale, rythmée par le cycle des saisons. Serge Ambert souhaite poser, par le biais des interprètes, une sorte de point de vue féminin sur le monde et, malgré le sujet grave, le décalage humoristique aura toute sa place. Artemisia sera l’occasion de retrouver la force et les fragilités sincères de cinq interprètes féminines à travers trois mouvements (les chemins, les confidences, la construction).
Cette création s’appuie sur l’artiste peintre Artemisia Gentileschi et sur le témoignage qu’elle a fait lors de son procès : la force qu’elle a montrée à la suite de son viol et la résilience par l’art.
Projections d’images, de vidéos et mise en scène originale viendront compléter les interprétations des cinq danseuses.