Les jetons de la Société Nivernaise : conférence, le samedi 24 juin 2017, à 15h00, à la Salle du service éducatif des Archives Départementales de la Nièvre, à Nevers.

Rapport d’activité et rapport financier 2016
Programme et budget prévisionnel 2017
Enregistrement des cotisations
Remise du 62e volume du Bulletin
SUIVIE DE LA COMMUNICATION « Les jetons de la Société Nivernaise », par Laurence Calmels membre titulaire de la Société Française de Numismatique, déléguée pour lʼAuvergne, de la Société dʼEtudes numismatiques et Archéologiques, membre de la Société Laurence Calmels est diplômée en économie mathématique et en histoire médiévale. Elle s’intéresse tout particulièrement à l’usage des monnaies et médailles replacées dans leur contexte historique. La communication concluant l’assemblée générale de la Société Nivernaise s’intéressera à un aspect du fonctionnement de cette dernière par le passé dont témoignent aujourd’hui quelques petits objets rescapés jusqu’alors un peu oubliés parmi les archives. Oubliés, et non perdus, parce que leur usage a disparu avec le changement des modes d’action. Pour nous, Laurence Calmels ressuscite ces objets et leur histoire qui nous plonge dans la propre histoire de la Société Nivernaise. Celle-ci décide assez rapidement après sa fondation en 1851 de faire fabriquer des jetons de présence afin de les distribuer aux membres lors des réunions et les offrir en cadeau aux donateurs de pièces remarquables pour le musée archéologique du Nivernais installé dans Porte du Croux. Après une première esquisse par Adolphe Bouveault (1834-1892), architecte à Nevers et membre du bureau de la Société, ce sont les dessins d’un autre membre, Henry de Pierredon (1826-1902), directeur des aciéries d’Imphy, qui sont adoptés en 1872 agrémentés de la devise proposée pour la Société par son président, Mgr Augustin Crosnier (1804-1880), tirée d’un passage de la Bible : REVERTIMINI AD ANTIQUITATEM (Ezéchiel 16,55). En 1892, la Société Nivernaise décide de changer de type de jeton au profit d’un nouveau modèle proposé par son président René de Lespinasse (1843-1922). Ces jetons en métal, bronze et argent, à l’origine sont finalement imprimés sur carton lorsque la Première Guerre mondiale impose des restrictions fortement contraignantes.