Romain Leleu & L’orchestre Symphonique des Concerts Nivernais en représentation Dimanche 11 décembre 2016 à 17h00 à la MCNA de Nevers

Direction : Dominique Baran – Trompette : Romain Leleu
Programme :
Ouverture de Coriolan de Ludwig Van Beethoven
Concerto en mi bémol Majeur pour trompette et orchestre de Johann Nepomuk Hummel
Symphonie n°103 dite « Roulement de timbales » en mi bémol Majeur de Joseph Haydn

Puissance et émotion équilibreront la partition de cette soirée d’exception, où s’exprimera le talent de l’illustre trompettiste Romain Leleu.

L’Orchestre Symphonique des Concerts Nivernais sous la direction de Dominique Baran, vous propose une soirée mettant à l’honneur un cuivre : Concerto en mi bémol Majeur pour trompette et orchestre composé par Johann Nepomuk Hummel en 1803 ; également une légendaire ouverture de Beethoven, caractéristique du style dit « héroïque », Coriolan, opus 62, ouverture symphonique en do mineur, et pour compléter cette riche programmation la célébrissime Symphonie n°103 dite « Roulement de timbales » en mi bémol Majeur composée en 1795 dans une forme classique en quatre mouvements par Joseph Haydn.

Pour l’événement, l’Orchestre Symphonique des Concerts Nivernais sera accompagné d’un talentueux soliste trompettiste. Après avoir fait ses premières armes aux côtés d’Éric Aubier, Romain Leleu est considéré par son jeu alliant virtuosité et élégance, comme l’un des meilleurs interprètes de sa génération. Maintes fois primé en France et à l’étranger, il a notamment été élu « Révélation soliste instrumental » par les Victoires de la Musique Classique en 2009.

Par ailleurs, son désir de donner un nouveau souffle au répertoire de la trompette l’a amené à créer en 2010 l’Ensemble Convergences qui réunit, autour de la trompette, un quintette à cordes composé de musiciens issus des grands orchestres français (voir page 16).

C’est donc une soirée placée sous le signe du modernisme et du talent, sous l’égide d’un soliste de renom et des Concerts Nivernais, à laquelle vous êtes conviés chaleureusement.

 

Ce qu’en dit la presse… : «  À 32 ans, Romain Leleu s’est imposé comme le nouveau phénomène de la trompette, avec son timbre d’airain, son agilité dans le maniement des notes comme dans celui des répertoires. » Télérama