Rafraîchissante et souriante, Betty a deux passions : cuisiner et écrire sur ce qu’elle cuisine. Pour elle, ce sera 100% sans viande, s’il vous plaît. À 26 ans, cette Neversoise aux allures de pin-up affirme haut et fort que l’on peut être végétarienne et bien dans son assiette. 

150227153455_une_vegetarienne_presque_parfaite_1

« En quittant Lyon et en arrivant dans la Nièvre, je me suis demandé comment je pouvais caresser des animaux et les retrouver dans mon assiette»

Chaque dimanche, Betty reçoit plusieurs milliers de convives à table. Pas dans la vraie vie, évidemment, mais quasiment : son blogue « Une végétarienne presque parfaite » et sa page facebook dédiée  14000 « J’aime » de fans conquis par ses propositions de recettes qui mettent à l’honneur les fruits et légumes chers au programme nutrition santé mais aussi les graines, légumineuses, laits végétaux… Le déclic a eu lieu lorsque Betty s’est installée à Nevers. « En quittant Lyon et en arrivant dans la Nièvre, je me suis demandé comment je pouvais caresser des animaux et les retrouver dans mon assiette». Voilà pour la conversion à une alimentation sans viande. Le reste a suivi. « Ma mère m’a donné le goût de la cuisine, dit-elle, et comme mes amis me demandaient toujours mes recettes, ils m’ont proposé de créer un blogue ». C’était en 2011. L’ingrédient du succès ? Se démarquer. « Tous les dimanches je propose des recettes que j’ai testées, mais la plupart du temps, j’invente de nouveaux plats ».
Et la sauce prend si bien que même les pros s’intéressent à cette drôle de petite bonne femme.

 Des marques françaises et étrangères m’ont proposé des partenariats…

« Des marques françaises et étrangères m’ont proposé des partenariats, explique-t-elle, elles m’envoient leurs produits pour que je les teste dans mes recettes, et en échange, je leur fais de la publicité ». Comble du succès, Betty fréquente les plateaux télé (une recette de « tarte aux noix, betteraves et chanterelles » pour l’émission La Quotidienne, sur France 5) histoire de témoigner que l’on peut être végétarien, gourmand et heureux. C’est donc la production de Masterchef, sur TF1 qui à l’époque est venue la chercher. « On m’a demandé si j’étais prête à cuisiner de la viande…, mais j’adore le goût de la viande ! sourit-elle, l’andouillette et le boudin sont ce qui me manque le plus ».

Si l’on compte par contre s’incruster à sa table, Betty est claire : « Je ne veux pas ouvrir un restaurant, ma vie de famille est ce que je veux préserver le plus au monde. Mon idéal c’est d’être chez moi, à cuisiner et écrire pour des magazines culinaires, avant d’ajouter : mais nous sommes nombreux à avoir ce rêve ».

On parie quand même que son allure vintage, sa silhouette qui rappelle une autre Betty (Boop) et sa dégaine de cartoon auront vite fait de séduire quelques rédacteurs en chef malins. « Je suis consciente que c’est par mon image que je pourrai réussir à faire ce que j’aime, alors une émission de télévision est un bon moyen de se faire repérer ». Un autre moyen est aussi d’aller visiter son blogue où recettes inventées, inspirées – et même quelques conseils sur les restaurants pour les végétariens / végétaliens – convaincraient un carniste d’aller recoller son steak sur la cuisse d’une vache.

 

Emmanuelle De Jesus et Antoine Gavory