Nivernaise un temps exilée, Brigitte Colas a reposé ses valises dans la maison familiale de Champallement pour y exercer son métier très particulier : archéologue du bâti. Où comment cette docteure en histoire médiévale parvient à discuter avec les pierres…

L’histoire, une certitude aléatoire

L’histoire que Napoléon décrivait comme « une suite de mensonges sur lesquels tout le monde est d’accord » est au contraire une éternelle remise en question. Même si la plupart du temps, les historiens, archéologues et spécialistes sont unanimes sur leurs conclusions, il arrive parfois qu’un texte, une petite histoire, remettent en cause tout le savoir que l’on croyait acquis. Et c’est justement le travail de Brigitte Colas : « Au départ on me sollicitait pour des coups de main dans les rénovations notamment, alors j’ai décidé de créer cette agence De Pierres et d’Histoire, pour déconstruire l’histoire, à partir des archives, et parvenir à reconstituer ce qui ressemble le plus à la vérité ».

Petits arrangements entre amis

Un exemple concret : l’église de Challement réputée « détruite par les Huguenots ». Une visite de Brigitte Colas sur place la fait douter : l’église possède encore tous ses éléments du 16e siècle. C’est finalement un texte de 1612 qui l’amènera vers la vérité : bien que Protestant, le très aimé seigneur local avait été inhumé dans l’église : contrarié, l’Évêque de Nevers tente par tous les moyens de faire exclure la dépouille et n’hésite pas pour cela à accuser les Protestants d’avoir saccagé l’église. Au final, le seigneur sera enterré dans la grange du prêtre. Une anecdote qui démontre surtout qu’à l’époque les communautés vivaient en parfaite harmonie… même si l’Église a eu besoin pour asseoir son pouvoir de mentir un peu. Mensonge qui perdure encore aujourd’hui pour l’histoire !

S’inscrire dans l’histoire

Alors à quoi sert cette empêcheuse de prêcher et de réécrire l’histoire en rond ? A redonner aux monuments la configuration la plus proche de ce qu’ils devraient être pour respecter l’histoire.

Un débat qui s’illustre parfaitement dans celui de Notre-Dame : « Si l’on s’en tient à la loi, la flèche de Viollet-le-Duc devrait être reconstruite à l’identique de ce qu’elle était lors de son classement en 1862. Mais chaque règne a son histoire…». Loin du rigorisme, Brigitte Colas assiste avant tout des propriétaires de lieux historiques à connaître l’histoire qui les entoure en écoutant parler les pierres… Une façon élégante de se souvenir que nous sommes tous un petit morceau d’une longue histoire.

connaître l’histoire qui nous entoure