Dominique Dupuis, Luttre Ouvrière, candidat aux municipales de Nevers 2020 en vidéo

Mon parcours

J’ai été ouvrier à l’usine Kléber-Colombe à Nevers à partir de 1987 et je suis retraité depuis 2 ans.

Un Livre de chevet
Le Grand Flot de Daniel Hénard

Un Film
Le Jeune Karl Marx, de Raoul Peck

Un Album
Le Jour de clarté de Graeme Allwright

Une série
Capitaine Marleau

Un Loisir
Faire du vélo

Un acteur
Kirk Douglas

Un chanteur
Bernard Lavilliers

Un super-héro
Louise Michel

Un endroit préféré à Nevers
En bord de Loire, vers la Guinguette

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis
La franchise et la fidélité

Ma plus grande fierté ?
Avoir mangé un casse-croûte au camembert avec Arlette Laguiller, c’était à Nevers

Mon plus grand regret ?
C’est de voir de plus en plus de gens dans la rue qui tendent la main, cela me fait mal

Mon petit plaisir honteux ?
Le bon vin

Mon juron favori ?
Putain, merde !

Un péché capital ?
Colère

La chose la plus dingue que j’ai faite ?
J’étais jeune, on a décidé avec des amis, à 8h du soir de partir de Vierzon. “Tiens allez on s’en va et on prend les toiles de tente” et on est partis dormir dans les Dunes en Vendée

Le plus beau cadeau que j’ai reçu ?
Un très joli couteau offert par ma femme qui ne me quitte jamais

Le meilleur conseil qu’on m’ait donné ?
Ne jamais baisser les bras

Mon meilleur souvenir politique ?
Quand nous avons obtenu plus de 6% des suffrages aux municipales de 1995

Mon meilleur souvenir de Nevers ?
Il y a 2 mois, quand il y a eu plusieurs milliers de personnes dans la rue pour manifester contre la réforme des retraites

Mon plus mauvais souvenir de Nevers ?
Quand Kleber a vendu à Gates et où j’ai failli être licencié

Si je devais détruire un bâtiment à Nevers ?
L’ancienne Maison de l’Agriculture, au Champ de Foire