Coluche disait « La vie sera très dure pour les hommes qui seront noirs, petits et moches ». Il n’avait pas pris en compte un autre paramètre : être né à Decize. (Oh hé on déconne !) Mais malgré cette conjoncture planétaire apocalyptique (compensée par une vraie gueule d’acteur), Christophe Fluder, presque 40 ans, s’est fait un nom dans le cinéma et le one-man show. Un grand acteur au talent sur mesure.

Mesurer 1.23 m, handicap ou pas handicap ?

Mes parents m’ont vite expliqué qu’être différent des autres ne m’empêchait pas d’être beaucoup aimé. Ils m’ont dit « Tu vois ton copain, il est noir, il est différent ?, eh bien toi c’est pareil ». Alors ce n’était pas grave. D’où le titre de mon one-man show « Oui je suis noir et alors ? ».

Les débuts ?

J’ai voulu très tôt être acteur. Faire rire était une façon de m’intégrer. J’ai passé mon BAC et j’ai commencé des études de communication à Paris. Pour payer mes études, j’ai vendu des systèmes d’alarme. Je foutais la trouille aux gens, jusqu’au jour où on m’a ironiquement licencié pour « compression de personnel ». C’est là que j’ai décidé de faire des castings…

Premiers rôles ?

J’ai commencé comme Pingouin à une cérémonie des Césars, puis très vite j’ai intégré Le Grand Journal (!) sur Canal+ avec Philippe Gildas, où je joue souvent le rôle de Sarkozy dans Groland, puis Mickael Youn est venu me chercher pour Incontrôlable. Les rôles se sont enchaînés : Podium de Moix, Engrenages, Fais pas ci, fais pas ça, dans des courts métrages, au théâtre dans Hamlet. J’ai même joué un Gobelin dans Harry Potter, 5h de maquillage pour être méconnaissable ! Puis récemment aux côtés d’Omar Sy dans Chocolat, et un premier rôle dans le dernier Mocky, Cabanon Rose avec Bigard et dans Apnée de Meurisse.

Alors, mesurer 1.23m, handicap ou pas ?

Dans mon spectacle, j’explique aux spectateurs du premier rang que ce n’est pas une illusion d’optique. J’interviens aussi dans les entreprises en créant des sketches sur les situations de handicap. Expliquer par le rire, c’est le meilleur moyen de changer les regards parfois gênés. Puis l’avantage c’est qu’on m’offre des rôles sur mesure ! Refuser ça, c’est comme ceux qui ont reproché à Omar Sy de jouer le noir de service dans Chocolat. Je suis différent, c’est inutile de le nier, et je fais tout pour qu’on le remarque !

En bref

Krystoff Fluder se produit jusqu’en avril 2017 à l’Appolo Théâtre à Paris avec son one-man show Oui je suis noir et alors ? Un spectacle décapant où même notre journaliste Antoine Gavory, (qui ne rigole jamais si ce n’est pas Guitry) s’est tordu
de rire. à voir absolument, les prix sont tous petits (24€) et ça vaut franchement la découverte de ce grand comédien !
www.apollotheatre.fr

Dans Chocolat, j’avais quelque chose à défendre