N’en déplaise à Salvador Dali qui avait décrété que le centre du monde était la gare de Perpignan, le centre du monde est bel et bien à Nevers ! Pour preuve, à une enjambée de notre belle cité ducale se trouve ce dont l’on peut rêver en famille… l’ambiance exaltée de Saint-Tropez, la découverte de la faune digne des plus grandes réserves, un musée qui n’a rien à envier à Grévin, des croisières de luxe que l’on s’offre à la retraite, les sensations fortes des meilleurs coureurs automobiles ou encore l’enchantement émerveillé de Disneyland… Tout cela à taille humaine ! Pour vous en convaincre, nous vous avons dégoté quelques lieux d’exception qui raviront vos après-midi et vos week-end, tout en vous faisant réaliser des économies. Si vous en doutez encore une fois la lecture achevée, dites-vous que tout cela n’est qu’une simple question de point de vue…

Le Guétin

Mieux que Saint-Trop’

A Saint-Tropez, on a le sable et l’eau, les bateaux, les galeries d’artistes, les restaurants, Brigitte Bardot et les grosses voitures.

Au Guétin, on a le sable et l’eau sur le bec d’Allier, lieu où se rencontrent la Loire et l’Allier, zone naturelle préservée qui réunit à la fois les pelouses sableuses pour la bronzette et des prairies si vous vous sentez l’âme d’un Baudelaire ou d’un Ingalls.

Au Guétin on a aussi les galeries d’artiste avec celle de l’impasse du peintre Lucien Verdenet, passé de l’impressionnisme au monochrome, puis au fauve, fixant sur la toile toutes les couleurs des natures mortes et des nus. Au Guétin, il y a aussi les bateaux que l’on peut voir passer sur le Pont-Canal, l’un des plus grands édifices fluvial de France avec ses 343 mètres, construit en 1838, et qui s’impose comme une jetée vers la Nièvre.

Enfin, au Guétin, on peut aussi y manger du poisson, des fritures et même des cuisses de grenouilles à l’Auberge du Pont-Canal, avec vue sur l’horizon.

On peut aussi y admirer les grosses cylindrées, si l’on est dôté d’un tempérament de vache qui regarde passer les trains ou d’un amateur du Tour de France, puisque situé sur la Nationale reliant Nevers à Bourges, vous finirez bien par voir passer la voiture de vos rêves et avec un peu de chance même les sympathiques gendarmes…  Alors bien sûr, vous nous direz : où est BB ? En version locale, c’est votre mère car comme l’a chanté Luis Mariano, n’est-elle pas « la plus beeeeeelle du mondeuh ? »

En bonus, l’argument imparable : Saint-Tropez c’est à 6 h d’une route encombrée de notables nIvernais rejoignant leur villégiature, Le Guétin, à 1h de véloroute via la Loire à Vélo. Economique et écologique !

La ferme du Port Aubry

Le Beauval nivernais

On ne se lasse pas de se rendre, chaque année, au milieu des groupes des centres aérés hurlant au milieu des allées, au zoo de Beauval, l’un des plus beaux de France. Mais la tendance cette année est au minimalisme et une visite à la ferme de Port-Aubry (50km de Nevers) offre les mêmes avantages avec les inconvénients en moins. Ferme nivernaise typique, c’est depuis 1980 qu’elle réunit toutes sortes d’animaux : des chèvres bien sûr mais aussi chevaux, cochons, oies, vaches écossaises, canards, moutons, lapins, ânes, furets. Quoiqu’il en soit, à la Ferme de Port-Aubry, c’est comme à Beauval : on peut s’y loger dans les 3 gîtes classés 2 épis et un  studio aménagé, on peut s’y nourrir ( gîte= cuisine) dans l’épicerie de la ferme qui propose des produits naturels, y pratiquer des loisirs (cinéma, pêche, équitation…) pendant que vos gosses iront vider votre carte bleue dans les magasins du centre-ville, à 3 km.

En bonus, l’argument imparable : à Port-Aubry vous pourrez assister à la traite des animaux et repartir avec des fromages fabriqués sur place. Essayez donc à Beauval de traire un hippopotame et de repartir avec un fromage au lait de panda géant !

Ferme du Port Aubry,58200 Cosne-Cours-sur-Loire.
03 86 26 63 61. http://www.ferme-portaubry.fr

Love Bottes

La Loire, l’autre pays de la croisière

Vous avez toujours rêvé d’emmener l’élu(e) de votre cœur en croisière, de dépenser l’argent des études du petit dernier au casino et d’assister à un concert de Tom Jones ? Vous en rêviez, Yvan Doirieux l’a fait ! Guide conférencier et Guide naturaliste, personne ne connaît mieux que lui le plus grand fleuve sauvage d’Europe. En une journée, deux jours (jusque La Marche) ou trois jours, avec arrivée à La Charité-sur-Loire, partez à la découverte du patrimoine ornithologique, floral et faunesque de notre fleuve, de 12 à 120 euros. Vous y trouverez-tout : les sensations de navigation imparables sur les embarcations traditionnelles de Loire, la détente sur des plages de sable fin des îles de Loire. Et Tom Jones, objecterez-vous ? Vous êtes sérieux ? Jamais entendu parler du Mp3 ? Pour le casino, soyez patient et investissez dans les études du petit dernier, qui grâce à son gros salaire vous paiera une retraite dorée.

En bonus l’argument imparable : Aucun risque sur la Loire de croiser le moindre iceberg et de vous transformer en Mars glacé avec comme dernier souvenir le hurlement de Céline Dion dans vos esgourdes.

Renseignements et réservations : http://ondes.blog4ever.com
http://www.l-o-i-r-e.com

Guédelon

Le Dysneyland anticapitaliste

Vos enfants rêvent de voir des beaux châteaux, des gens habillés comme au Moyen âge, des chevaliers et des princesses. Mais vous ne savez pas comment satisfaire à la fois la gosse de 5 ans qui bichonne sa Barbie Reine des Neiges et l’ado boutonneux/geek scotché devant Game of Thrones ? Emmenez-les en famille… à Guédelon (1h de Nevers) ! Ce projet de construction à l’ancienne d’un château-fort devrait se terminer d’ici une bonne vingtaine d’années (quelques week-end en perspective !) et effectue à la fois un travail de construction et de recherche sur les techniques utilisées au Moyen âge pour la construction, de la fabrication des cordes à la teinture des vêtements à partir des plantes. Pour les attractions, le chantier propose des formules ludiques, comme l’enquête policière de nuit dans les couloirs du château-fort (Plusieurs enquêtes sont prévues en juillet et août. A ne pas rater !) ou des ateliers de fabrication de tuiles, cordage… En plus, vous ne vous ruinerez pas en produits dérivés, vous ne ferez pas la queue trois heures pour un tour de manège ou pour poser aux côtés de Mickey, avec le risque d’être épinglé pour l’éternité par vos ados sur les réseaux sociaux.

En bonus, l’argument imparable : Pour les chevaliers et les princesses, si vous avez bien élevé vos gosses, vous leur avez déjà inculqué de vraies valeurs comme le culte de votre personnalité : leur mère est une Reine et leur père un chevalier… avec Guédelon comme décor, ils vous feront la révérence sans avoir besoin de le leur demander.

D955, 89520 Treigny – 03 86 45 66 66 – www.guedelon.fr

Sainte-Bernadette

Le Grévin en plus vrai

Le couvent Saint-Gildard, c’est presque comme le Musée Grévin sauf que c’est gratuit, que c’est une vraie personne sous la cire (Bernadette Soubiroux qui le 11 février 1858 a vu la Vierge dans la grotte de Lourdes) et qu’il n’y a pas Mickael Jackson. Mais d’une part, vous ne pensiez tout de même pas que sous la cire de Grévin il y avait vraiment  the King of the pop et d’autre part, sur un plan spirituel, notre Bernadette a quand même fait un truc vachement plus balaise que le Moonwalk ! D’ailleurs, pour preuve, Sainte-Bernadette, tout le monde veut nous la piquer ! Mais on ne la laissera pas partir ! (C’est une menace ? Non un avertissement).

En bonus, l’argument imparable : Que l’on soit croyant ou non, elle est un symbole de Nevers, à tel point qu’en juillet, une grande fresque historique lui sera consacrée, animée par des Neversois. Une manifestation qui ne manquera pas de cachet !

34, Rue Saint Gildard 58000 Nevers – 03 86 71 99 50
www.sainte-bernadette-soubirous-nevers.com