Vous avez certainement déjà entendu parler du Piqo. Découvrez cinq points qui vous permettront d’en savoir plus sur le plus Nivernais des ordinateurs.

Le Piqo, c’est quoi au juste ?

Imaginé par une association de passionnés menée par Emilien Court, le projet Piqo s’est lancé en mars dernier. L’objectif était de proposer au grand public un petit ordinateur simple à utiliser pour un prix compétitif.

Il y a quoi dans la boîte ?

Sous le petit capot de plastique spécialement réalisé pour lui, on trouve un Raspberry PI 2, une solution technique très connue des bidouilleurs éclairés. Toutefois, le principal travail s’est fait sur le logiciel. Sur une base Linux – une alternative gratuite aux Mac et aux PC sous Windows – le principal travail des Nivernais a été de proposer un système à la fois léger et simple d’utilisation.

Le Piqo, il fait quoi ?

Malgré sa petite taille, il est capable d’effectuer la plupart des tâches que l’on est en droit d’attendre d’un PC classique. A savoir : de la bureautique (traitement de texte, tableur), lire des vidéos, consulter des photos, et bien entendu surfer sur Internet. Il est également très facile d’installer de nouveaux logiciels via le gestionnaire d’applications disponibles.

Est-ce que c’est lent ?

Pas pour une utilisation bureautique. Le navigateur internet fonctionne bien, mais vous demandera un tout petit peu plus de patience qu’avec un ordinateur plus classique. Rien de bien grave toutefois. Il ne faudra pas imaginer faire de la retouche photo ou du montage vidéo. Même chose pour les jeux, souvent trop gourmands pour notre petit boîtier blanc.

Et après ?

Emilien nous confie vouloir diversifier l’offre et se lancer dans de nouveaux projets, comme celui d’un PC, tout en gardant des objectifs identiques. Actuellement, une centaine de Piqo ont été vendus, ce qui permet à l’association d’atteindre son objectif de rentabilité. Une rentabilité qui pourra par la suite, on le souhaite, créer des emplois à Nevers. En attendant, c’est un travail de bénévoles passionnés.