Recette du Showguns : 1/3 de Blankass, 1/3 de Noir Désir, 1/3 de Louise Attaque. Et le résultat est là : Showguns ne ressemble à personne mais s’inscrit bien dans la meilleure vague du rock français. Celle du temps, ma pauv’dame, où les textes avaient encore un sens et la quête existentielle dépassait le « Mais t’es pas là mais t’es où ? ».

Un second album plus rock

Showguns, c’est avant tout Bertrand Devin, dixit son acolyte bassiste Stève Darnet : compositeur et parolier, inspiré de ce qui l’entoure sans se revendiquer engagé : « Je fais du sociétal. J’écris sur les choses de la vie et… sur l’amour ! ». Après un premier album en 2013, Les sinistres contes, et une tournée de 30 dates en France entre 2014 et 2015, Showguns travaille aujourd’hui son nouvel album et on a pu en écouter quelques titres : « C’est un album plus rock, explique Stève Darnet, parce qu’au bout d’un moment le public a envie de danser. La musique c’est la fête ! ». Un album plus rock, écrit pour le public et la scène : on retrouve un peu de Brel et Brassens, les deux inspirateurs de Bertrand. En Français parce que « si je fais de la musique c’est pour être compris ! ». Exemple « frappant », le clip choc Mon bonheur, qui traite de la violence faite aux femmes.

Un album 100% Nièvre

Clip de Péchane, jaquette du disque réalisée par la graphiste Lamane Manue et le grapheur Kalouf et les arrangements orchestrés par Mickaël Alvez : « C’est un génie instinctif, notre troisième homme ! ». En attendant la sortie du nouvel album au printemps 2017, le dernier clip Dois-je avoir honte ? réalisé par Péchane est en visionnage, le groupe sera à écouter le 14 janvier prochain au Tip’s, à La Charité sur Loire et l’album Les sinistres contes est toujours dispo sur le site du groupe www.showguns.fr et sur les plate-formes de téléchargement légal !

Les clips décoiffants de Showguns sont également Made in Nièvre :