Recevez la Newsletter

Tous les jeudis, recevez les sorties du Week-end dans la Nièvre

Keusty, c’est d’la bombe !

Le graff, Damien Tissier à Nevers, est tombé dedans quand il était gosse, ou plutôt ado. Au fil des années et des murs, il s’est fait un blase dans le milieu et a gagné le respect de ses confrères et aînés grâce à qui tout a commencé… il y 25 ans.

Keusty, alias Damien Tissier, c’est un peu le dernier des mohicans dans l’art du graff à Nevers et dans les environs. Le graff érigé en culture, celle du hip-hop. « Le graff c’est un tout, une philosophie de vie, un art de vivre, un art tout court ». Si la culture urbaine vit aujourd’hui ses plus belles années en termes de reconnaissance par les pouvoirs publics notamment, ce ne fut pas toujours le cas. Et pour cause. « Par essence, le graff est un mouvement protestataire au même titre que le rap. La plupart des graffeurs ont débuté par le graff illégal, ce qui fut mon cas également ». Poser sa signature, son blase, sur un mur, un train, une rame de métro… c’est la base.

Du lettrage au portrait

Quand Keusty découvre le graff, on est au début des années 90. Il inscrit ses pas dans ceux de Bope, Met, Sueno et bien sûr Kalouf. « On faisait surtout des lettrages à l’époque, enfin en ce qui me concerne. Kalouf était déjà un cran au-dessus. » à l’évocation de cette période, des centaines d’images et de souvenirs se rappellent à la mémoire de Keusty. Des virées nocturnes avec la frontale pour s’éclairer, le plaisir de braver les interdits. « Nous étions jeunes et quelque peu insouciants, voire rebelles. » Depuis, de l’eau a passé sous les ponts, et des bombes sur les murs.

Damien Tissier à Nevers = Les fresques monumentales

Sans jamais avoir oublié de là où il vient, ce qui l’a construit et ceux au contact de qui il a appris et progressé, Damein Tissier de Nevers poursuit son bonhomme de chemin, les bombes à la main. Son talent fait le reste. « Petit à petit, j’ai eu de plus en plus de demandes. Des chambres, des décos d’intérieurs, des vitrines…  J’ai quitté mon boulot, changé de vie, pour essayer de vivre de ma passion pour le graff. » Bien lui en a pris. Il y a quelques semaines, lors de l’inauguration du nouveau site de La Jonction, la promenade Pascal François, les neversois ont pu découvrir les fresques réalisées par Keusty. Ultra-réalistes. Damien Tissier à nevers affiche un goût prononcé pour cet art du portrait monumental. Avant cela, ce sont les murs des immeubles des quartiers des Courlis et de la Grande-Pâture qui ont pris de la couleur sous les bombes de Keusty, et embelli les quartiers. La sterne et la grenouille aux Courlis, l’enfant et la Marianne sont nés sous les bombes, et les crayons de Keusty. C’est la partie visible de son travail d’artiste. Car l’artiste qui multiplie les collaborations entre Nevers, Paris, Marseille, s’est lancé dans la sculpture en résine… Damien Tissier à Nevers a plusieurs bombes à son art !

Vous êtes actuellement hors ligne