David Chicard est né à Nevers il y a 34 ans. Il a quitté l’école à 16 ans, passé le bac à 27, obtenu un bac + 2 à 29 ans, Il est passé du sport automobile à l’immobilier sans oublier de profiter de la vie pour apprendre et se nourrir de ses rencontres. Son leitmotiv : Quand on veut, on peut !

Il est tombé sous le charme de Bruxelles à l’occasion d’un séjour dans la capitale Belge en 2001. « J’ai trouvé la ville très cosmopolite, et les Belges très accueillants ». Cette première impression a fortement pesé dans la balance à l’heure de se poser professionnellement. « C’était Paris ou Bruxelles, se souvient-il. La Belgique m’a tendu les bras ».

A la tête de la succursale « Sotheby’s immobilier » depuis une année, David Chicard, a orienté sa vie professionnelle au gré de ses rencontres, de ses envies et de ses aspirations. « J’ai l’impression d’avoir eu plusieurs vies » , précise l’intéressé. Après un bref passage au lycée, c’est dans le sport automobile, avec Hugues De Chaunac que David fera ses premiers pas « avec les pros ».

Deux années de petits boulots au sein du team Oreca, autrefois installé à Magny-Cours et David prend les commandes d’un projet de voiture F3000,  l’antichambre de la F1. «Avec Oreca, j’ai fait le tour de la planète, cette expérience m’a forgé». Sur les conseils de De Chaunac, il part en Angleterre parfaire son anglais.

De retour en France, David pose ses valises dans une bourgade de la Vienne, près de Poitiers. «C’est presque là que tout a démarré. David convainc des propriétaires de lui vendre leurs terrains avant qu’ils ne deviennent inconstructibles. Il élabore un projet qu’il vend ensuite à un promoteur immobilier. «Les résidences de Bellevue» sont nées.

Une de ses plus grandes fiertés. S’en suivra un voyage d’une année en Argentine avant un retour dans la capitale européenne. C’est avec son ami d’enfance, Julien Dessauny que David monte sa première boîte ‘Property Hunter». «Nous ne connaissions pas grand chose de l’immobilier et encore moins Bruxelles. Mais l’envie était là.»

Le principe de la boîte est de se mettre au service des personnes qui souhaitent acquérir un bien immobilier à Bruxelles. Nous sommes alors en 2007. La recette a du succès, la petite entreprise des deux jeunes neversois traverse la crise.

En 2012 David revend ses parts de la boîte et part pour une nouvelle aventure, toujours dans l immobilier et toujours à Bruxelles. Il lui aura fallu un an de travail, soirs, et week-ends compris avant de s’installer à la tête de l’agence bruxelloise de Sotheby dont le credo historique est celui des marchés de l’art. La célèbre agence de vente aux enchères britannique a donc décidé de se lancer dans l’immobilier de haut standing.

Pour David, c’est un nouveau challenge. «Après une année de fonctionnement, nous sommes plutôt satisfaits, indique l’intéressé.

Nous avons bien travaillé malgré la crise internationale qui sévit. Je suis agréablement surpris, si 2015 va dans le même sens ce sera parfait. Les 3/4 de nos clients sont des entrepreneurs qui veulent faire des placements, le contexte international conditionne notre activité».

David de son côté, demeure résolument optimiste. «Je travaille en indépendant depuis l’âge de 27 ans. J’apprends chaque jour, je me remets en question. Il faut se donner les moyens de ses ambitions, il y a plein de choses à faire, de projets à réaliser. Tout devient possible, je n’ai pas envie de subir un travail qui ne me plaît pas».