Dominique Houard est une peintre qui fait vivre les objets en les mettant en scène. Dans ses tableaux en Trompe-l’œil, rébus, proverbes, charades et devinettes rendent ludique une œuvre esquissée il y a plus de vingt ans, dont la technique, le talent et l’imaginaire lui permettent aujourd’hui d’exposer dans le monde entier.

En 1993 sa première œuvre représentait des vêtements d’homme posés à plat figurant une silhouette. En l’intitulant « L’ex-posé », Dominique Houard affichait déjà la couleur de ce qu’allait être son œuvre. Le fruit de son regard décalé sur le monde qui l’entoure. Un « tableau de jeu » pour l’observateur attentif.

Une vision de l’art qui se rapproche d’un maître du Trompe-l’œil.

Jacques Poirier (1925-2002) dont la rencontre en 1996 et le soutien seront décisifs et qui la poussera dans l’expérimentation de l’huile.

Se réappropriant une technique ancestrale, Dominique intègre le Mouvement Trompe l’œil-Réalité, fondé par Henri Cadiou (1906-1989), repris par son fils, Pierre Gilou. Un mouvement purement français qui réunit aujourd’hui une vingtaine d’artistes : « En Espagne ou aux Etats-Unis, le trompe l’œil se rapproche davantage de l’hyper-réalisme, explique Dominique, en France il a perduré sous la forme de peinture murale, mais le trompe-l’œil Réalité sur chevalet est typiquement un travail d’artistes français ».

Nul n’est prophète en son pays

La peintre Nivernaise née et installée à La Charité-sur-Loire expose aujourd’hui ses pastels et ses huiles partout : Allemagne, Espagne, Chine, Etats-Unis. En octobre dernier, elle a rejoint le club très fermé des cinquante Maîtres Pastellistes, nommée par la Société des Pastellistes de France : « Une belle reconnaissance de mon travail ».

L’autre reconnaissance c’est celle de son pays : si aujourd’hui on peut acquérir les toiles de Dominique Houard à la Ming Galery de Suzhou en Chine ou dans la prestigieuse Windsor Fine Art Galery de La Nouvelle Orléans aux côté de Miro, Pissaro, Picasso, Rembrandt, il faut en revanche aller chez elle, près de La Charité-sur-Loire si l’on est de France, puisque aucune galerie de l’hexagone n’expose aujourd’hui son travail : « un vrai regret » avoue-t-elle. Pour découvrir le travail de cette peintre hors-norme, et acquérir une de ses œuvres, rendez-vous donc en Chine, aux Etats-Unis ou plus simplement sur www.dominiquehouard.com.