La voix française des J.O., c’est lui ! Jean-François Raffalli, ancien athlète de haut niveau, professeur de sport et entraîneur, anime des meetings internationaux. Derrière un micro ou sur le terrain, il fait partager avec énergie sa fièvre du sport.

Il habite Saint Léger des Vignes mais vit la plupart du temps sur la planète sport. Jean-François Raffalli est un passionné pratiquant : rugby (depuis l’âge de 16 ans) et athlétisme, à haut niveau, quand il était capitaine de l’équipe de France de décathlon. Il est professeur d’EPS (au collège de Cercy la Tour) et entraîneur, “un besoin vital” selon lui.

De la compétition au commentaire, il n’y a eu qu’un saut, les chaussures à pointes à peine quittées. En 1988, contraint à l’abandon lors des Championnats de France d’athlétisme, il répond à l’invitation de commentateurs : “ ils m’ont donné le micro, je ne l’ai jamais lâché !” Depuis plus de vingt ans, Jean-François Raffalli est ainsi tantôt “annonceur”, pour présenter “objectivement et calmement” les compétiteurs, tantôt “animateur” pour faire vivre le meeting avec passion. Il a aussi fait quelques piges pour la télé, Canal+ et Eurosport 2. Aux J.O., il est speaker officiel pour les francophones. “Il faut savoir profiter de l’élan de son activité présente pour passer à une autre étape de sa vie. Pour être entraîneur ou speaker, il faut avoir encore la pêche de l’athlète, être capable de produire pour donner l’enthousiasme et transformer l’élan.” C’est cet esprit qui le pousse aussi à concevoir des compétitions. Comme le Perche Elite Tour, un circuit officiel de meetings de saut à la perche en salle et en musique.

Un statut de sportif polyvalent qui le satisfait : “je dois tout à l’athlétisme ! Comme le dit un ami champion de décathlon, quand on a fait de l’athlétisme on sait tout faire !” Dans ses souvenirs, deux moments forts. J.O. d’Atlanta 1996 : “Jean Galfione s’apprête à sauter, j’annonce l’épreuve et je rappelle qu’en cas de victoire, Jean serait seul en tête devant le russe Igor Trandenkov. Je le dis assez fort pour motiver Jean, qu’il sache qu’il a eu raison de ne pas faire l’impasse sur ce saut contrairement au russe. Jean bat le record et prend le titre : un moment fabuleux !” J.O. de Londres 2008 : “un duplex retransmis sur écran géant entre mon fils, entraîneur des perchistes britanniques, notamment de Holly Bleasdale, et moi devant donner mon avis de pro et de père. Un rêve !”

A 56 ans, Jean-François Raffalli est un sportif comblé, “satisfait de ce que me donne le sport et de ce que je peux redonner au sport et aux sportifs.” Son rêve de commentateur ? “La finale du championnat de France de Top 14 opposant le Stade Toulousain à l’USO Nevers ! Ou mieux : la finale entre l’ASM Clermont Auvergne et l’USON Rugby Plus. Les premiers devraient jouer en blanc et les seconds en jaune et bleu, couleurs qui, historiquement, ont été adoptées par l’ASM. Cela me ferait plaisir de voir les Jaunets affronter les Jaunards ! Quel pied !”

Passionné contagieux on vous dit…