L’occasion de rencontrer un homme qui a tenu plus de 13 fois la tour Eiffel à bout de bras est suffisamment rare pour qu’à notre tour, nous ayons eu envie de lever un bout du voile sur son parcours.

Champion de France valide et handisport

Des montagnes, Jean pierre Nembrot en a soulevées dans sa vie, des plus lourdes que la fonte et pourtant, son sourire est aussi léger qu’une plume, lui qui à quelques kilos de plumes près, tire presque dans cette catégorie. L’inventaire est vite fait : deux fois champion de France, vice-champion d’Europe, quatrième aux championnats du monde valide et… Cinq fois champion France handisport.

« Quand je suis sous la barre, je ferme les yeux et je suis monsieur tout le monde »…

… En partant du principe que Monsieur tout le monde est capable de porter un veau à bout de bras, surtout lorsque l’on est atteint comme Jean-Pierre, depuis la naissance par une maladie invalidante (Spina fibida. Paralysie de la moelle épinière). Il avait justement, posé des mots sur cette différence qui a sans doute fait de lui, l’homme au mental d’acier qu’il est devenu, dans un premier livre, « Regardez-nous en face ». Une question de regards disait-il. Les regards n’ont sans doute que trop peu changé puisque le projet d’un deuxième livre est là, au bout de ses haltères.

Pousser toute sa vie en une fraction de seconde

Brevet d’état Hacumese (les disciplines de l’haltérophilie), licencié à l’UCS Haltérophilie, bénévole au comité handisport, Jean-Pierre travaille également comme… aide médico-psychologique en psychiatrie. Notre Hercule le reconnaît lui-même, il faut avoir aussi un peu de folie en soi pour miser toute une saison de préparation sur une seule seconde d’explosivité.

Avec un record personnel à 153 kilos, soit deux fois son poids, nul ne doute qu’il n’a pas fini de tirer la barre plus haut, vers de nouveaux objectifs tels les prochains championnats du monde masters au Japon, et pourtant comme le dit si justement son entraineur Mathieu Goury, « Jean-Pierre c’est une force qui vient de très loin, du fond de son enfance, car malgré un palmarès à faire fondre un Terminator, il n’en fait pas des tonnes. »