Recevez la Newsletter

Tous les jeudis, recevez les sorties du Week-end dans la Nièvre

la Nièvre des bonnes nouvelles

L’an dernier, plein d’optimisme, on vous souhaitait une année 2020 merveilleuse. Comme de toute évidence on est nuls pour lire l’avenir, on a donc décidé de regarder dans le rétro pour vous offrir la liste des bonnes nouvelles nivernaises. Si, si, il y en a. La preuve par 16 !

La Nièvre séduit Paris  

En 2020, la Nièvre semble avoir la cote ! Avec le confinement, les Parisiens se sont rendus compte qu’ils payaient trois fois plus cher pour un appartement à Paris que pour une maison dans la Nièvre (et c’est nous que l’on traite de provinciaux !). Résultat : le département a lancé une grande opération séduction. Et ça fonctionne : plus de 600 demandes de séjours découverte déposées auprès de l’Agence de Tourisme… et une relance exceptionnelle de l’intérêt pour l’immobilier !

Hello, l’hélium !   

On vous l’a déjà dit ? L’un des premiers hommes à avoir volé en ballon était un Clamecycois, André Giroud de la Villette… et c’était le 19 octobre 1783 dans une montgolfière. Plus de deux siècles plus tard, la Nièvre pourrait devenir le premier site européen d’extraction d’Hélium depuis qu’une société de Moselle a découvert un gisement dans le sous-sol du Sud Nivernais… A terme une exploitation propre de plusieurs dizaines d’années… une première bouteille en 2023 et un projet fou d’installation du premier parc d’aéroplumes, des dirigeables individuels qui permettent à un humain de voler de ses propres ailes…
Réponse de l’État : début 2021.

Le canal du nivernais voit grand     

2e canal de France après celui du Midi (95 % des loueurs de péniches durant l’été sont étrangers) … mais très loin derrière (20 000 visiteurs contre 330 000 dans le Sud), le Canal du Nivernais pourrait bien renaître de ses alluvions… C’est en tous cas le projet des départements de l’Yonne et de la Nièvre, la Banque des territoires, VNF et la région Bourgogne-Franche-Comté. Et même si « Nul n’est prophète en son pays », c’est avec les habitants et les acteurs locaux que l’avenir se dessine depuis l’automne… Réunions, interviews, page Facebook, l’opération « Imagine ton canal » est 100% nivernaise.

La Nièvre court après les JO 2024 

En étant labellisée « Terre de jeux 2024 », la Nièvre espérait accueillir des délégations étrangères mais sera finalement le seul département de Bourgogne à n’avoir aucun centre d’entraînement pour les Jeux Olympiques 2024. Pour attendrir le comité des JO, l’USEP de la Nièvre a donc lancé un défi aux classes de CM1-CM2 du département : courir tous ensemble pour atteindre 2 024 km, en référence aux JO 2024. Peut-être les rattraperont-ils ?

Le Morvan classé 3e destination pour les vacances d’été   

C’est le classement effectué par la très sérieuse auteure du guide Escapades en France, Adeline Paulian-Pavageau dans le journal Ouest-France… Bon… il faut quand même préciser que le dossier s’intitulait “Dix destinations françaises méconnues pour des vacances d’été à l’écart du coronavirus”… Mais comme on sait que tout le monde ne lit que les gros titres !

(Presque) le plein emploi     

Haro sur ceux qui répètent qu’il n’y a pas de boulot dans la Nièvre. Avec 6,5% de chômage (chiffres octobre 2020 sur l’année 2020), nous sommes le 25e département Français en termes d’emploi… sur 101, c’est quand même pas mal d’autant qu’en 2009, ce taux était de 9%.  Avec 70 sites industriels internationaux sur le département, le chômage est largement en dessous de la moyenne nationale (9,5%) et retrouve son taux d’emploi de 1982. Il reste à espérer que le département résistera encore mieux à la crise.

Entreprises et commerçants se mettent au 2.0  

Et si les Nivernais ont du travail, c’est aussi grâce aux entreprises locales… On disait souvent que les commerçants nivernais avaient raté le virage numérique… 2020 aura prouvé le contraire. A La Machine par exemple, la scierie BBF a créé 5 emplois grâce à la vente en ligne. Si la création des chèques-cadeau Nièvre achat plaisir a réinjecté 1,2 millions d’euros dans l’économie locale depuis 2014, l’année 2020 a permis aux commerçants d’innover encore et de se faire entendre : vente à distance, « cliquer et retirer » et même des directs sur Internet version Téléachat… ne manquait plus que Pierre Bellemare ! Ils sont même parvenus à mettre hors-service la borne Amazon (qui, rappelons-le, a triplé ses bénéfices en 2020) installée au Monoprix de Nevers. Donc plutôt que de dire « Il n’y a pas de boulot dans la Nièvre »… demandez-vous ce que vous pouvez faire pour ne pas le détruire et achetez local !

Nous allons vivre plus vieux…   

Attendu depuis on ne sait même plus… l’hélicoptère sanitaire est enfin arrivé. En se posant au mois de Janvier, il va peut-être permettre au seul département de Bourgogne qui n’en n’était pas doté de larguer son titre de « département au plus fort taux de mortalité de la région Bourgogne-Franche-Comté» . Il y a des victoires dont on se passerait…

Un SAS pour décompresser…     

Plus de 15 dans la Nièvre depuis le mois de janvier, mais nous sommes désormais département pilote dans un nouveau service de soin avec la Côte-d’Or, le SAS (Service d’Accès au Soin). Ce service permettra de faire le lien entre médecine de ville et services hospitaliers, de secours et le SAMU… Après un trimestre à l’essai, le SAS devrait être généralisé en France. 

Un milliard d’euros pour irriguer la Nièvre 

Créer 300 retenues d’eau dans les communes pour lutter contre la sécheresse et utiliser le soleil pour créer de l’énergie, c’est le projet fou – mais ambitieux et responsable – de Didier Ramet Président de la Chambre d’agriculture de la Nièvre. Qui a dit que les agriculteurs n’étaient pas écolo ? Ne reste plus qu’à trouver environ un milliard d’euros… Mais l’urgence coule de source !

Du Bol d’or au Bol d’air   

Magny-Cours a perdu le Bol d’or en 2014 ? Bienvenue au Bol d’air. Leader mondial des capteurs de compétition, la petite et très discrète entreprise Texys installée à Varennes-Vauzelles devrait proposer en 2022 le prototype de la première moto à hydrogène. Un travail commun du cabinet d’études de Texys H2 Motronics, de l’ISAT et du Pôle véhicule du Futur à Magny-Cours qui permettrait d’inventer la première moto à énergie propre et de ringardiser le circuit Paul-Ricard qui nous a piqué le Grand Prix de France de F1 et le Bol d’Or. (On sait, c’est petit, c’est mesquin, mais ça fait du bien !)

La Nièvre fait le plein de médecins…     

Dans le même sujet, si la Nièvre est passée de 95 médecins généralistes pour 100 000 habitants en 2014 à 70 en 2020, rien n’est perdu… Depuis la mise en place du programme de bourses aux étudiants en médecine du Conseil départemental en 2017, 22 contrats de bourses ont été signés et trois jeunes médecins se sont déjà installés dans la Nièvre. Une bonne nouvelle qui vient en compléter une autre… depuis 2020, Nevers dispose de sa PACES (Première Année Commune aux études de Santé) demandée depuis… 20 ans.

Et aussi le plein d’étudiants  

En franchissant la barre des 3000 étudiants, la Nièvre conserve son titre de 2e pôle en nombre d’étudiants de Bourgogne. Avec des écoles d’excellence comme l’ISAT ou l’ESAAB, l’ouverture de nouvelles filières (La PACES, l’école de Kinés…), le nombre d’étudiants a augmenté de 30% ces 5 dernières années…

La Nièvre : pas d’échec en bois !   

Avec 225 000 ha de forêt, la Nièvre reste la 1re chênaie de France, le 1er producteur de pin Douglas en France et l’un des premiers fournisseurs de l’Europe. Et pour illustrer le potentiel, la Caisse d’Épargne de BFC vient de construire (à Dijon) son nouveau siège… le premier bâtiment de taille industrielle entièrement en bois, dont du bois nivernais.

Agriculture : le « Made in Nièvre » à l’honneur     

Dix-huit podiums pour les animaux, 7 médailles pour les produits (dont une médaille d’or pour la brasserie Robiche à Parigny-les-Vaux, et 15 pour les vins (4 d’or, 6 d’argent et 5 de bronze), la Nièvre s’est encore illustrée au Salon de l’Agriculture en 2020. Il faudra désormais attendre 2022 pour recevoir de nouveaux prix, l’édition 2021 ayant été annulée. 

Moins de Nivernais mais plus de « Neversois » 

En 2020, la Nièvre a encore perdu des habitants (moins 9 000 habitants en 5 ans) mais pour la première fois depuis 45 ans, Nevers a gagné 300 habitants. Certes, ce n’est pas une migration de masse mais ça méritait d’être dit !

Et la meilleure des nouvelles…      

Même si de mauvaises langues disent que la Nièvre est à la traîne, depuis le 31 décembre 24h, l’année 2020 est finie… et ça c’est vraiment la meilleure nouvelle parce qu’il n’y a pas à dire, 2020, c’était quand même une année de m… Pour 2021, prenez soin de vous, portez-vous bien et comme l’a chanté Souchon : La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie !

Vous êtes actuellement hors ligne