Prenez deux rédacteurs de Koikispass. Mélangez-les fermement. Vous obtiendrez la corpulence moyenne d’un joueur de l’USON. Ces “beaux bébés”, comme on dit généralement (lorsqu’ils ne sont pas en face de nous), nous ont sacrément fait vibrer le mois dernier. Les quatre lettres synonymes de jaune et de bleu ont résonné très fort à Nevers, les cris de joie ricochant un peu partout en France. Quatre lettres synonymes de performances sportives et d’excellence.

Et de scander : “On est en Pro D2 !”. Mais au fait, c’est quoi la Pro D2 ? Et c’est quoi au juste l’USON ? Toute la rédaction de Koikispass a donné de sa personne pour vous préparer un petit dossier sur votre équipe de rugby préférée, et est partie interviewer quelques uns des plus éminents sportifs qui la composent. Régalez-vous !

Bientôt 115 ans que le ballon oval anime la vie de la cité ducale

On est en Pro D2 !

La Pro D2 expliquée à ma grand-mère (et à ceux qui n’aiment pas le rugby)

Alors ma petite mamie chérie, le rugby, tu vois, c’est un peu comme le foot : il y a plusieurs échelons dans les compétitions. Quand les matchs ont lieu entre des équipes qui ont le même niveau, c’est beaucoup plus agréable  à regarder.

Jusque là, Nevers était en Fédérale 1, ce qui était déjà carrément bien. Mais là, en passant en Pro D2, ils montent encore d’un niveau et atteignent l’antichambre de l’élite. L’élite, c’est le TOP 14, il n’y a pas mieux. C’est un peu comme enchaîner quatre émissions de Question pour un Champion si tu préfères.

La Pro D2 : qu’est-ce que ça change ?

Un rugby professionnel

La Pro D2 n’est composée que d’équipes professionnelles, c’est à dire que les joueurs y sont salariés à temps plein. L’USON est assez atypique car sa structure est pro depuis quelques années. Elle est même déjà dimensionnée comme une équipe de TOP 14.

Des horaires de match différents

Jusque là, les matchs se déroulaient principalement le dimanche à 15h. Avec la montée, les matchs auront lieu principalement les jeudi et vendredi soir.

Plus d’équipe réserve mais une équipe Espoir

L’équipe Espoir sera dorénavant composée de jeunes de moins de 23 ans, également professionnels et qui disputeront leur propre championnat.

Un rythme de match plus soutenu

Avec environ 30 matchs prévus pour la saison à venir (contre une vingtaine en Fédérale 1), le rythme est beaucoup plus soutenu et les temps de repos moins nombreux.

L’USON à la TV beaucoup plus souvent

Alors qu’en Fédérale 1 très peu de matchs sont couverts par la télévision, ils le sont tous en Pro D2. Les droits de diffusion changent de saison en saison. Actuellement, ils sont détenus par Eurosport et Canal+ (deux chaînes payantes, tant pis).

Le seul club professionnel de la région

En passant en Pro D2, l’USON devient le seul club de rugby professionnel de Bourgogne Franche-Comté.

Régis Dumange, éleveur de champions

Signe particulier : ne lâche jamais l’affaire

 

L’impressionnante refonte entamée par le club depuis 2007, c’est en grande partie à lui qu’on la doit. Président Directeur général charismatique de l’USON, Régis Dumange est également PDG de Textilot Plus, l’un des fleurons de l’industrie nivernaise. Il est classé parmi les 400 plus grandes fortunes de France selon le magazine Challenges.

Mais c’est avant tout un homme profondément passionné par le sport, un compétiteur né ayant pratiqué de nombreuses disciplines – parfois à haut niveau – comme le marathon ou la course automobile. Il a également pratiqué le rugby à Nevers et Saint Léger des Vignes jusqu’à ses 30 ans.

Ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’USON

Sans jamais oser le demander

En jaune et bleu, c’est toujours mieux

Le 22 décembre 1911, le PAG (qui allait devenir l’USON) met la pâtée à l’Association Sportive Michelin, de Clermont-Ferrand. Par sympathie, les gars de Nevers offrent leurs couleurs à la nouvelle équipe clermontoise… qui allait très largement les mettre en avant dans les années qui vont suivre, et ce jusqu’à aujourd’hui.

La Botte de l’Ovalie, les supporters en folie

La Botte de l’Ovalie, c’est le club des supporters de l’USON. Toutefois, pas besoin de hurler en tapant sur un tambour pour être supporter. Si vous désirez soutenir l’USON plus calmement, vous êtes également bienvenu ! Mais le tambour, c’est possible aussi. A noter que pour les voyages, la participation forfaitaire est de 20 € pour le bus, peu importe le déplacement.

Nevers dans les 30 meilleurs clubs français

En passant en Pro D2, l’USON figure parmi  les 30 équipes les plus prestigieuses du rugby français. Elles sont 16 en Pro D2 et 14 en Top 14.

La rue Georges Malville

La rue Georges Malville longe le stade du Pré Fleuri. Elle  a  été  baptisée  en  l’honneur  de  l’un  des  ailiers les plus talentueux qu’ait connu l’équipe (qui s’appelait à l’époque l’USN), tragiquement décédé  lors d’un accident de voiture dans les années 40.

Non, le N de USON ne veut pas dire « Nevers »

L’USON, c’est l’Union Sportive Olympique Nivernaise. Parce que vue la portée du club, il fallait au  moins  un département.

Le Centre de Formation et de Perfectionnement

L’USON, ce n’est pas qu’une équipe. Depuis 2014, c’est également un Centre de Formation accueillant des jeunes de 18 à 22 ans (13 joueurs pour la saison  2016-2017).

Son objectif est clair : hisser les jeunes joueurs à fort potentiel vers le succès, tant sur le terrain (15h d’entraînement par semaine) que sur les bancs de l’école, via un cursus de type sport étude. Un  argument de plus pour faire de la Nièvre un pôle d’excellence rugbistique.

Le stade du Pré Fleuri

Le stade du Pré Fleuri est intimement lié à l’histoire du rugby à Nevers… Et pour cause, il est aussi vieux que le club lui-même !

100 ans de matchs

Cette année, le stade du Pré Fleuri fête ses 100 ans. Inauguré le 11 août 1907, il fait à l’origine environ 2 hectares et est loué à une famille neversoise, les Riffault

7 500 places

Dont 7100 assises. C’est la capacité actuelle du stade du Pré Fleuri depuis la dernière vague de travaux, fin 2015. Cela vous parait beaucoup ? Pour les gros matchs, il est encore trop petit ! Avec 20% de public supplémentaire chaque année depuis 6 ans, la fréquentation du stade accompagne le succès de  l’USON.

En 1982

Avec la suppression de la piste d’athlétisme (ils iront courir ailleurs), le stade devient entièrement dédié au culte du ballon   oval.

Et les prochains travaux ?

Les prochains travaux ne viseront pas à agrandir encore le stade, mais plutôt à en améliorer les équipements, pour que les supporters aient toujours plus de confort lors des matchs.

Toujours plus grand

Dès 1923, le stade est doté de tribunes en bois. Au gré des années, il s’est étoffé, avec de nombreuses évolutions ces dernières années pour  accompagner la montée fulgurante de l’équipe. Dès 2010, les gros matchs réunissent facilement 3000 personnes. Cela n’est bientôt plus suffisant, entraînant une nouvelle vague de travaux de modernisation et d’agrandissements en 2015.

Sous les feux de la rampe

Depuis 2013, le stade est équipé d’un éclairage homologué Pro D2, la plupart des matchs de cette division se déroulant le soir (c’est plus pratique pour la diffusion TV). Autant dire qu’à partir de maintenant, il va souvent être mis à contribution !

Un lieu accessible à tous

C’est la volonté clairement affichée par le club. L’objectif est de proposer un tarif attractif pour un lieu où l’on se rend entre amis, mais également en famille (vous y trouverez de la vente de bonbons et de barbapapa !). Vous pouvez comparer avec d’autres stades accueillant des équipes de même envergure : le tarif est souvent beaucoup plus élevé !

Qui sont les joueurs qui ont fait monter Nevers en Pro D2 ?

Ce sont eux qui ont boosté l’USON pour la faire monter jusqu’en Pro D2. Alors forcément, on avait envie de les connaître ! Entre deux soirées organisées pour fêter la montée comme il se doit, nous avons rencontré quelques uns de ces joueurs. Florilège non exclusif, réalisé au gré de nos rencontres…

David GONZALES

1,95 m • 115 kg • 2e ligne

Quel est mon plat préféré ? À peu près tout !

Ma plus belle qualité ? J’ai une belle femme

Mon plus gros défaut ? Je peux être très relou

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2014

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et les phases finales en Reichel avec l’Espagne.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Chez moi.

François THIERRY

1,83 m • 103 kg • Trois quarts centre

Quel est mon plat préféré ? Rougail saucisses, un plat réunionnais.

Ma plus belle qualité ? Loyal

Mon plus gros défaut ? Mauvais perdant

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2016

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 (L’USON c’est le groupe dans lequel j’ai le plus aimé jouer).

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au café avec les  copains !

 

Medhi MERABET

1,86 m • 120 kg • Pilier droit

Quel est mon plat préféré ? Le couscous de ma mère

Ma plus belle qualité ? La générosité

Mon plus gros défaut ? Rancunier

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2015

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et mon premier match au stade Mayol à Toulon.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au Pré Fleuri avec Hugo Fabrègue.

Antony ROCHET – Alias Pumba

1,80 m • 123 kg • Pilier droit

Quel est mon plat préféré ? Le poulet à la crème.

Ma plus belle qualité ? Gentil

Mon plus gros défaut ? Mauvais perdant

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2015

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et mon premier match en équipe de France en moins de 17 ans.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Le Red Velvet.

Hugues BASTIDE

1,83 m • 104 kg • 3e ligne

Quel est mon plat préféré ? La pièce de boeuf truffade de mon cousin

Ma plus belle qualité ? Généreux

Mon plus gros défaut ? Impulsif

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2013

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2, et lorsque mon équipe est devenue championne de France 2010 Crabos.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au café à midi avec les copains… Lequel ? Il y en a plusieurs, notamment le Gaspard

Rudy DERRIEUX

1,81 m • 90 kg (+ que Julien Mazet) • Centre

Quel est mon plat préféré ? La paëlla de ma grand-mère

Ma plus belle qualité ? Ma gentillesse

Mon plus gros défaut ? Ma timidité

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2014

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Chez moi.

Julien KAZUBEK

1,95 m • 98 kg • 3e ligne

Quel est mon plat préféré ? Aligot côte de boeuf de Nasbinals

Ma plus belle qualité ? Mon ami c’est Hugues Bastide

Mon plus gros défaut ? Râleur

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2015

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2, mon premier match en Top14 avec Clermont… et les 3 titres de Champion de France, également avec Clermont  (1 Crabos, 2 Espoir).

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au Red Velvet.

Antony MAURY

1,80 m • 111 kg • Talonneur

Quel est mon plat préféré ? Les lasagnes

Ma plus belle qualité ? La générosité

Mon plus gros défaut ? La gourmandise

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2013

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et le titre de champion de France avec  les  Espoirs  de Clermont.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au café, avec les gars, au Comptoir des Sports, au Pré Fleuri ou à  l’Agricole.

Ousmane N’DIAYE

1,85 m • 120 kg • Pilier gauche

Quel est mon plat préféré ? Le masset, un  plat  typiquement sénégalais

Ma plus belle qualité ? L’humour

Mon plus gros défaut ? L’humour

En couple ou célibataire ? Célibataire ( j’accepte le courrier)

Depuis quand dans l’équipe ? 2016

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2, le stage de début de saison, quand il fallait attraper les poules pour manger.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? En terrasse des  cafés.

Stéphane BONVALOT

1,90 m • 99 kg • Ailier

Quel est mon plat préféré ? Une bonne entrecôte au barbecue avec des  pommes de terres rissolées accompagné d’un bon Bourgogne.

Ma plus belle qualité ? Généreux

Mon plus gros défaut ? Je suis susceptible

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2012

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et ma dernière année à Clermont avec le dernier titre en espoir que j’ai eu.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Dans les restaurants, que j’aime bien essayer, changer  régulièrement.

Hugo FABREGUE

1,92 m • 125 kg en début de saison, 112 en fin de saison • Numéro 8 (et numéro 4 de temps en temps)

Quel est mon plat préféré ? Kebab, McDo, Burger King, pourvu que ce soit gras.

Ma plus belle qualité ? Offload : je ne subis jamais le contact   !

Mon plus gros défaut ? Je suis une grosse commère

En couple ou célibataire ? En couple

Depuis quand dans l’équipe ? 2014

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et le stage au lac des Settons l’année dernière… le lac est super beau.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au bar le Pré Fleuri, pour faire des commérages.

Hugues BRIATTE

1,93 m • 101 kg • 3e ligne

Quel est mon plat préféré ? Les tagliatelles carbonara.

Ma plus belle qualité ? La générosité

Mon plus gros défaut ? Je suis très rancunier

En couple ou célibataire ? Célibataire ( j’accepte le courrier)

Depuis quand dans l’équipe ? 2016

Meilleur souvenir ? La montée en Pro D2 et la montée en TOP14 avec Brives en 2013.

En dehors du stade, où est-ce qu’on vous retrouve à Nevers ? Au Casino de  Pougues  les Eaux.

Toute l’équipe de Koikispass tient à remercier chaleureusement Ovalien Dupré pour ses magnifiques photos, Xavier Louap, Jean-Hugues Desenne et Patrice Koechlin pour leurs précieux conseils qui ont éclairé les néophytes que nous sommes sur ce sport de gentlemen qu’est le rugby.