Recevez la Newsletter

Tous les jeudis, recevez les sorties du Week-end dans la Nièvre

JEAN-PHILIPPE EHRMANN – L’esthète de l’image

Son talent n’a d’égal que sa modestie. C’est dire s’il est talentueux. JP Ehrmann a commencé la photo comme ça, presque par
hasard. Et comme le hasard fait souvent bien les choses, c’est cette voie qu’il a choisie pour en faire son métier.

Il aurait pu choisir de bosser dans l’entreprise de travaux publics de son père, en région parisienne. Mais le jeune Jean-Philippe a d’autres idées en tête, d’autres envies. Celles de bouger, de découvrir le monde. Sa vie, c’est une suite de rencontres, d’amitiés tissées au fil de l’eau, au fil des ans qui le conduiront jusqu’à Nevers, et la création de Studio 14.
C’est à l’âge de 17 ans que Jean-Philippe réalise son premier reportage photo, « un périple à la féria de Pamplonne en Espagne ». Jean-Philippe a des envies de voyage, de grand large. Durant presque une année, il joue les Robinsons sur une île presque désertée des Antilles, vivant de pêche et de cueillette. Puis les Etats-Unis, l’Amérique du Sud. De retour en France, il monte « Sun7 » avec un ami. Un studio photo.

DES RENCONTRES QUI COMPTENT
Au hasard de ses connaissances, le jeune photographe fait des rencontres et apprend le job aux côtés de grands noms de la photo parmi lesquels Dominique Isserman et Jean Larivière. « J’ai bossé comme assistant pour des photographes de renommée internationale.
J’ai appris beaucoup à leurs contacts. Notamment en ce qui concerne l’éclairage et la photo studio ». Il photographiera entre autres pour Renault, Vuitton avant de se tourner vers la photo de mode. Pour autant, il n’en finit pas de bourlinguer et de profiter de la vie sans trop se soucier des lendemains, quand d’autres auraient fait le choix de se poser.

DE LOS ANGELES À NEVERS
Aimable, courtois, disponible et souriant. Celles et ceux qui connaissent Jean-Philippe le définissent ainsi. Esthète et perfectionniste, voir maniaque quand il s’agit de son travail de photographe. Difficile de résumer son parcours en quelques lignes.
C’est un livre qu’il faudrait lui consacrer. Plusieurs chapitres d’une même vie. Un séjour à Los Angeles lui offrira l’opportunité de collaborer pour Gama, pour Victoria Brynner (fille de Yul Brynner).
Des expériences au long cours qui donnent à Jean-Philippe sa signature. C’est par connaissance qu’il débarque dans la Nièvre au début des années 2000. Là encore, les rencontres (nombreuses) sont la toile de fond de l’artiste. Avec des amis il monte le Ciclic. Une aventure collective et avant tout humaine. Dans la foulée, il rachète une maison dans le quartier du Tonkin et crée Studio 14 en 2010. Son travail remarquable est remarqué. Il œuvre pour Plus, puis devient le photographe officiel de Look. Dans sa galerie, des portraits de gens, en couleur, en noir et blanc, la nature, des motos et puis depuis quelques temps, des vignobles, des vignerons et des vins. Toujours avec la même passion, la même acuité. « Une photo, quand tu la regardes, il doit se passer quelque chose ». Et il s’en passe des choses sur celles de Jean-Philippe.

Par Stéphane Ebel
© Jean-Philippe Ehrmann

https://www.facebook.com/studio14nevers
https://www.studio14ehrmann.com/
instagram : studio14.vignerons et jpehrmannphotographe
Tél. 06 88 70 84 49 – Jean-Philippe.ehrmann@orange.fr

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé et à consommer avec modération