En me rendant chez Jacques Marchand, je lui dis : Mon cher Monsieur, que faites-vous donc dans la vie ? Eh bien répondit-il : Je garde les pommes les poires… Mais pas les scoubidous ! Président de l’association Le Greffon (Groupe pour la Renaissance des Espèces Fruitières et Forestières Oubliées de la Nièvre) à Satinges, le jardin de Jacques Marchand contient à ce jour 400 greffons de pommiers.

Pomme de reinette et pomme d’api… et 4498 autres !

Le Greffon est une des 64 associations (dont 6 en Bourgogne) membres du réseau des Croqueurs de pommes. Son objectif ? Tenter de conserver les 5000 variétés de pommes existantes et les 3000 de poires. Tant que ça ? Eh bien oui, mais si vous ne le saviez pas, c’est normal : “On ne trouve aujourd’hui qu’une dizaine de variétés. D’autres ne sont pas interdites mais ne sont pas autorisées à la commercialisation (sourire!). C’est le fruit du lobbying de la grande distribution !“.

Rien que pour la Nièvre, on en dénombre une quinzaine. Si toutes ne sont pas d’une grande qualité gustative, l’association cherche avant tout à conserver un patrimoine, aidé dans sa démarche par les collectivités : “Nous avons deux vergers, l’un à Dompierre sur Nièvre, l’autre à Michaugues où nous greffons des variétés rares. Nous intervenons aussi dans les écoles“.

Yes you can !

Au greffon tout le monde peut ramener ses pommes sans passer pour une poire. L’association organise des manifestations publiques ou chez des particuliers, pour identifier les variétés présentes dans votre jardin. Le Graal ? Retrouver des spécimens de 5 variétés aujourd’hui connues uniquement des ouvrages de pomologie (oui c’est une science) dont la Bible de la pomme, le Dictionnaire d’André Leroy en… 6 volumes !

L’association est aussi à la recherche de particuliers désirant mettre à disposition leur terrain pour accueillir quelques greffons de variétés anciennes à chouchouter… pour la postérité. Alors si vous pensez que c’est pour votre pomme, contactez l’association à le.greffon@orange.fr.

Le saviez-vous ?

Le président Jacques Chirac voue une passion particulière aux pommes. Le greffon pour lui, c’est un peu comme une mine d’uranium pour Kim Jong Un, le gros poupon Nord-Coréen ou un centre commercial géant pour notre Cédric Koikispassien !